» ONGLE Ongle incarné

Ongle incarné


Ongle incarné : ongle trop large pour un lit trop étroit = conflit douloureux de l'incarnation unguéale.
Hypertrophie congénitale des bourrelets latéraux du nourrisson : traitement local antiseptique, la mousse à raser Nobacter®, antiseptique, ramollit la lame unguéale, dans l'immense majorité des cas, guérison par disparition spontanée des bourrelets latéraux, en quelques mois, une chirurgie est exceptionnellement nécessaire.
Incarnation distale antérieure d'un ongle à direction normale du nourrisson : traitements locaux qui permettent d'attendre que l'ongle reprenne une progression normale, vers 8 à 12 mois. Après 1 an la persistance des signes fonctionnels peut être une indication à la résection en « quartier d'orange » de la pulpe de l'orteil.
Désaxation congénitale de l'ongle du gros orteil : il faut une autoplastie de la rotation unguéo-dermique avec triangle de décharge externe, il faut intervenir dès l'âge de 6 ans, mais des succès chirurgicaux peuvent malgré tout être obtenus chez des enfants plus grands, voire chez des adolescents.
Ongle incarné juvénile : traitement antiseptique des épisodes inflammatoires simples, voire méchage sous-unguéal et latéral pour désenclaver la lame coupée trop courte. Si répétition d'épisodes inflammatoires douloureux, alors destruction des cornes matricielles pour rétrécir la largeur de la lame. Au stade suivant présence d'un bourgeon charnu (bains antiseptiques + nitratage du bourgeon avec un crayon de nitrate d'argent), sinon sous AL curetage du bourgeon charnu, ôter un éventuel spicule, placer une mèche de tulle Bétadine® +/- injection dans le repli latéral d'un corticoïde en suspension.
L'épidermisation du bourgeon charnu traduit un stade avancé et nécessite une cure radicale. On résèque la partie vulnérante de la tablette et le bourgeon charnu, de préférence sous antibiothérapie générale. On procède soit à une destruction définitive de la corne latérale matricielle homologue par phénolisation, après une avulsion du quart latéral de la tablette et sur un territoire exsangue, soit à l'ablation chirurgicale de la partie latérale de la matrice. La conséquence est un rétrécissement de la largeur de la lame unguéale.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.