» CORPS Infections Fusariose

Fusariose


Fusarioses : champignons ubiquistes, saprophytes du sol, ce sont des deutéromycètes (fungi imperfecti) du groupe des hyphomycètes, avec 200 espèces différentes dont quelques-unes pathogènes pour l'homme (F. solani, F. oxysporum et F. moniliforme). Dans les tissus, Fusarium forme des hyphes hyalins, septés et ramifiés (hyalohyphomycose).
Aleucie toxique : secondaire à des toxines dans des aliments contaminés (surtout des céréales), avec gastro-entérite, myalgies et myélosuppression sévère.
Fusariose locale invasive : Environ 5 % des onychomycoses sont dues à Fusarium, avec une onychomycose sous-ungéale proximale de couleur jaune-blanchâtre avec paronychie.
La responsabilité de Fusarium a également été prouvée dans des infections après inoculation traumatique, des ostéomyélites, des pieds de Madura, des abcès sous-cutanés et des sinusites.
Fusariose disséminée : si immunodéficience dont neutropénie prolongée. La porte d'entrée est cutanée dans un tiers des cas, avec des plaies contaminées ou des onychomycoses. Les autres portes d'entrée sont respiratoires et digestives. Souvent, la porte d'entrée reste inconnue.
Fièvre élevée, myalgies et atteinte progressive de tous les organes, mortalité proche de 79%, signes cutanés fréquents (80 %) et précoces (papulo-nodules douloureux, à centre pustuleux ou vésiculeux, puis nécrotique). Ces lésions ont l'aspect d'un ecthyma gangréneux. Elles sont souvent bordées par un liseré érythémateux qui leur confère un aspect en cible. Elles atteignent surtout les membres.
Biologie : cultures de sang ou de tissu, mais souvent faussement négatives. Preuve histologique de Fusarium par biopsie / étalement sur lame d'une bulle / pustule (abcès nécrotique, avec hyphes angiocentriques, péri- et intravasculaires, qui sont ramifiés, septés et hyalins, de diamètre très irrégulier, avec des angles entre 45° et 90°. Souvent, on peut trouver des structures reproductives avec beaucoup de conidies rondes et ovales de différentes tailles au bout de cellules fertiles (phialides).
Absence de traitement standardisé pour les onychomycoses à Fusarium. On a pu proposer : traitements systémiques à l'itraconazole / terbinafine, traitements topiques à la terbinafine ou au ciclopirox. Parfois, il faut avoir recours à l'avulsion chimique (par acide salicylique) ou chirurgicale surtout pour les infections localisées.
La fusariose disséminée chez les myélosupprimés est souvent portelle malgré un un traitement antifongique, parfois prophylactique (surtout formes liposomiales d'amphotéricine B). La flucytosine, le fluconazole et l'itraconazole n'ont pas d'effet. Outre un traitement médicamenteux antifongique précoce, un débridement chirurgical agressif des portes d'entrée identifiées est indiqué. Néanmoins, le facteur pronostique principal semblerait être l'existence ou non d'une neutropénie. Un traitement avec des growth factors (G-CSF et GM-CSF) peut être utile. En matière de prévention, toutes les portes d'entrée contaminées avec Fusarium doivent être identifiées et éliminées avant une chimiothérapie.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.