» Pédiatrie Besoins nutritionnels de l'enfant

Besoins nutritionnels de l’enfant


Nourrisson : besoins élevés en eau (variations rapides si pertes), nutriments semi-essentiels, qui ne seront plus essentiels à l'âge adulte (fin de la croissance ou synthèse rendue possible), dont certains acides aminés et la vitamine D. Chez le nourrisson la marge étroite entre l'apport minimal de protéines et l'apport excessif en raison de l'immaturité de l'excrétion rénale.
L'alimentation du nourrisson et de l'enfant, comme aux autres âges de la vie, doit être équilibrée entre : protides (10 à 15%), glucides (40 à 55% selon l'âge), lipides (30 à 40% selon l'âge), risque potentiellement athérogène si excès de lipides ou des lésions rénales par excès protidiques. En assurant l'apport minimal, sans excès même faible car risque d'obésité.
Besoins en eau : très importants chez le nourrisson, car : surface corporelle/poids + élevé d'où une évaporation plus importante, % corporel d'eau + élevé (70% dont 50% d'eau intracellulaire, 5% d'eau plasmatique, 15% d'eau interstitielle, versus un total de 60% chez l'adulte), immaturité du pouvoir de concentration du rein
Les besoins diminuent avec l'âge et sont / 24 H : à 1 mois : 150ml/kg, à 6 mois : 120ml/kg, à 12 mois : 100ml/kg, de 2 à 5 ans : 80ml/kg, après 5 ans : 55ml/kg.
Les besoins énergétiques pour l'entretien du métabolisme de base sont élevés : durant les premières semaines de vie : 70kcal/kg/j, chez le jeune enfant environ 55kcal/kg/j, ils atteignent à maturité 25 à 30kcal/kg/j.
La croissance entraîne des besoins énergétiques très importants durant les premiers mois de vie : durant cette période la prise de poids est d'environ 30g/j.
A l'âge de 2 ans les besoins liés à la croissance ne sont plus que d'environ 30kcal/j (prise de poids quotidienne moyenne : environ 6g/j).
L'activité physique nécessite en moyenne 15 à 25kcal/kg/24h avec des pics allant jusqu'à 50 à 80kcal/kg/24h sur de faibles périodes.
Le besoin énergétique global est estimé : de 0 à 6 mois à 120 à 150kcal/kg, de 6 mois à 1 an à 110kcal/kg, de 1 à 3 ans à 90kcal/kg, à 5 ans de 1.500 à 1.800kcal/j, à 10 ans de 1.800 à 2.200kcal/j, de 16 à 18 ans d'environ 2.800kcal/j chez le garçon et 2.200kcal/j chez la fille.
Il est possible d'approcher le besoin global en multipliant 13,5kcal par le nombre de centimètres de taille chez l'enfant à partir de 2 ans.
Ce besoin énergétique global est sujet à de grandes variations individuelles qui sont maximales chez le grand enfant et à l'âge de la puberté.
Les besoins en fer dépendent des stocks et de la forme d'apport, la biodisponibilité étant variable aux environs de 5 à 10%. Suite à l'augmentation du fer disponible par hémolyse physiologique, il est inutile de supplémenter le nourrisson en fer durant les premiers mois de vie, sauf en cas de grossesse gémellaire, de grossesses rapprochées ou de prématurité.
Les apports recommandés sont : de 10mg/j de 3 à 6 mois, de 15mg/j de 6 à 36 mois, de 10mg/j de 3 à 10 ans, de 18mg/j de 10 à 18 ans, de 15mg/j chez la femme de 18 à 50 ans, de 10mg/j chez la femme > 50 ans / homme > 18 ans.
Les apports protéiques sont nécessaires pour assurer la maintenance : "turn over" cellulaire, 8 acides aminés sont essentiels : leucine, isoleucine, valine, lysine, méthionine, thréonine, tyrosine, phénylalanine, 3 acides aminés sont semi-essentiels, donc nécessaires chez le nourrisson : histidine, cystéine, taurine.
Durant les premières semaines les besoins chez le nourrisson sont élevés, avec marge étroite entre le besoin minimal pour assurer maintenance et croissance et des apports excessifs, en raison de la capacité limitée d'excrétion rénale (excrétion des ions H+ et concentration uréique des urines) et d'interconversion des acides aminés, avec risque de : hyperazotémie, hyperuricémie et acidose.
Chez l'enfant : Les besoins diminuent avec l'âge avec la diminution de la vitesse de croissance :
A 1 an le besoin minimal est de 1g/kg, à 5 ans de 0,9g/kg, chez l'adulte de 0,6g/kg, ne pas dépasser 2,5g/kg/24h chez le nourrisson et 10 à 12% de la ration énergétique chez le grand enfant.
Les protéines apportées par l'alimentation ont une biodisponibilité différente :
- celle du lait de femme est supérieure à celle du lait de vache.
- celle des protéines animales est supérieure à celle des protéines végétales.
Les glucides peuvent être stockés sous forme de glycogène hépatique ou musculaire, mais ces réserves sont inférieures, chez l'enfant, à 1% du poids du corps. Ils sont une source d'énergie importante par oxydation ou par stockage sous forme de graisses. Ils représentent : chez le grand enfant 55% de la ration calorique, 45% chez le NN durant les premières semaines.
Durant les premiers mois de vie, de préférence sous forme de sucres simples et de di- ou oligo-saccharides, car relative immaturité de la digestion par l'amylase.
L'apport principal est constitué par du lactose du lait de femme et de vache.
Lipides leur valeur énergétique est importante : 9kcal pour 1g. Ils représentent 50% de la valeur énergétique du lait de femme et donc du régime du nouveau-né durant les premières semaines de vie. La ration chez le grand enfant est d'environ 35% de lipides.
Certains acides gras insaturés sont essentiels, en particulier l'acide linoléique (C18 et 2 doubles liaisons) ainsi que l'acide linolénique (3doubles liaisons) et l'acide arachidonique (4doubles liaisons) chez les enfants. Les apports totaux en lipides sont limités chez le nourrisson par l'immaturité relative de la lipolyse intestinale et l'insuffisance de sécrétion de sels biliaires qui limitent l'absorption des acides gras à longue chaîne (apparition d'une stéatorrhée en cas d'apports excessifs).
Le stock de calcium à la naissance est de 30g et croît de 150 à 200mg/j, comme le coefficient d'absorption digestive du calcium est de 50%, nécessité d'apports oraux de 300 à 350mg/j, en présence de vitamine D à dose suffisante et donc avec supplémentation. Les apports recommandés sont de : 0 à 6 mois : 350 à 500mg/j, 6 à 12 mois : 500 à 600mg/j, après 12 mois : 600 à 800mg/j.
En présence de vitamine D, l'apport de calcium assuré par les aliments lactés est suffisant.
Les besoins en phosphore sont : de 0 à 2 mois de 120mg/j, de 2 à 6 mois de 100mg/j, puis < 100mg/j.
Besoins en sodium : pour la croissance de 1 à 2mEq/kg/j avec pertes surtout cutanées de 1mEq/kg/j, beaucoup + importantes si diarrhée ou vomissements, fièvre ou coup de chaleur.
Les apports souhaitables sont : durant les 3 premiers mois de vie : 6 à 7mEq/j, puis 2 à 3mEq/kg/j.
La supplémentation en vitamine D est nécessaire jusqu'à 18 mois, car synthèse cutanée insuffisante, supplémentation souvent sous forme de vitamine D2 ou ergocalciférol : en dessous de 3 à 4 mois : 400 à 800UI/j sont suffisantes, entre 4 et 18 mois : 800 à 1.200UI/j, la dose monte à 2.500UI/j en cas de peau pigmentée, d'enfant vivant en zone urbaine ou en milieu défavorisé.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.