» Pédiatrie Vomissements de l'enfant

Vomissements de l’enfant


Vomissements du nourrisson  : à distinguer des simples et banales régurgitations après le rot, immédiatement après la prise du biberon, du mérycisme, phénomène actif de rumination, rare et associé à d'autres troubles du comportement alimentaire.
Chez le NN les vomissements sont pathologiques, il faut rechercher une pathologie chirurgicale (occlusion, sténose du pylore, malrotation, hernie), origine extra-digestive (infection, HTIC), souvent suite à un RGO.
Chercher des signes de gravité immédiate (hématémèse, malaise, œsophagite) + traitement car risques évolutifs potentiels (œsophagite peptique, stagnation pondérale, pneumopathie d'inhalation).
L'interrogatoire de la mère précise les caractéristiques des vomissements de l’enfant : depuis la naissance ou après un intervalle libre, fréquence, caractère passif, actif, douloureux ou non, relation avec les repas ou la posture. L’aspect alimentaire (habituel), bilieux (rare), hémorragique (grave), l’appétit conservé ou anorexie, une toux associée (vomissement provoquant la toux ou vice versa).
Antécédents néonatals, type d'alimentation et changements éventuels (mode de préparation des biberons), troubles associés (digestifs), contexte infectieux éventuel, traitements déjà institués et leurs résultats.
Recherche de signes de déshydratation attestant de leur caractère aigu, récent et en faveur d'une étiologie particulière. Recherche de signes de dénutrition attestant de leur ancienneté, à préciser par l'étude de la courbe pondérale.
Vomissements récents : climat fébrile : gastro-entérite virale ou bactérienne, méningite virale ou bactérienne, rhinopharyngite, otite, stomatite, bronchiolite, pneumopathie atypique, coqueluche, infection urinaire.
Climat afébrile, chez le NN : atrésie duodénale ou colique, iléus ou péritonite méconiale, entérocolite ulcéronécrosante, volvulus sur malrotation du mésentère, maladie de Hirschsprung.
Chez le nourrisson : sténose du pylore au début, invagination intestinale, étranglement herniaire (hernie inguinale, de l'ovaire), appendicite aiguë, voire péritonite, méningite, hématome sous-dural, extra-dural, HTIC. Cause toxique : vitamine D (vérifier les prises sur le carnet de santé), vitamine A (pommades pour le siège), salicylés (autoprescription non dite, erreur de présentation, association involontaire), Négram, tétracyclines, corticothérapie, selon le contexte : théophylline, digitaliques.
Vomissements répétés : Causes métaboliques, rares : hyperplasie congénitale des surrénales ou plus rarement l’hypo-aldostéronisme congénital qui se manifestent, dès les premières semaines de vie, par des vomissements qui, en raison de l’intervalle libre qui les sépare de la naissance, peuvent prêter à confusion avec une sténose du pylore, intolérance au fructose (vomissements immédiats après un repas contenant du fructose (en pratique à un repas sucré au saccharose)), galactosémie congénitale avec vomissements, ictère précoce et prolongé, hépatomégalie avec insuffisance hépatocellulaire et tubulopathie proximale, hyperammoniémie, amino-acidopathie.
Causes digestives : de loin, les plus fréquentes, de nature variée : erreur diététique (type de lait, mode de préparation des biberons, dilution, excès de farine, fréquence des repas), forcing alimentaire, par anxiété maternelle excessive, intolérance aux protéines du lait de vache (diarrhée chronique, anorexie avec perte de poids, rash cutané, prurit, dyspnée, preuve diagnostique par la disparition des symptômes après éviction des protéines du lait de vache), plus rarement, et dont la sémiologie peut être limitée à ce symptôme. L’intolérance au gluten peut parfois s’accompagner de vomissements associés à une diarrhée chronique et à une cassure de la courbe pondérale (dosage des auto-Ac de la maladie cœliaque)
Rares syndromes de pseudo-obstruction intestinale chronique par anomalie des fibres musculaires lisses intestinales et (ou) de leur innervation, avec tableaux d’occlusion fonctionnelle, pouvant se révéler de façon brutale (occlusion) ou s’installer progressivement, avec altération de l’état général et des troubles du transit.
Une gastrite ou un ulcère se manifestent souvent chez l’enfant par des vomissements associés à des douleurs abdominales, volontiers de siège épigastrique, parfois à une hématémèse.
Causes organiques extradigestives :
L’insuffisance cardiaque se révèle parfois par un refus de boire et par des vomissements ; les néphropathies sévères et les tubulopathies s’accompagnent volontiers de vomissements, d’anorexie, de polyuro-polydipsie et de constipation. Quelques examens simples (dosage de l’urémie, de la créatininémie, ionogrammes sanguin et urinaire) en feront la preuve.


Les vomissements d’origine psychogène sont en règle isolés et expriment souvent un conflit mère-enfant.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.