» Techniques médicales Anesthésie Monitorage

Monitorage


Monitorage cardiaque : La surveillance du rythme cardiaque est faite par un électrocardioscope (souvent associé à un défibrillateur). NB : l’interprétation de l’ECG nécessite un enregistrement papier et un étalonnage précis.
Le monitorage de l’ECG fournit des informations importantes sur la fonction pompe du cœur, car les troubles du rythme cardiaque, l’ischémie myocardique, ou certaines perturbations électrolytiques, toutes détectables par l’ECG de surface, peuvent être associés à une dysfonction cardiaque significative.
Monitorage de la pression artérielle : La mesure non invasive intermittente de la PA, manuelle ou automatique, utilise un brassard pneumatique dont le gonflage occlut une artère périphérique, le dégonflage est suivi d’une séquence d’événements physiques mesurables.
La méthode manuelle repose sur l’auscultation des bruits de Korotkow, mais biais par : transmission insuffisante des sons ( stéthoscope trop long), mauvaise calibration du manomètre, diminution de perfusion périphérique, avec bruits retardés et sous-estimation de la PA, trop petit brassard pneumatique, avec surestimation de la PA, et vice versa, vitesse de dégonflage trop rapide, avec sous-estimation de PA.
Les appareils de mesure automatique de la PA ont de nombreux intérêts : libération du personnel soignant pour d’autres soins, mesure de PA à intervalles réguliers, alarme si variations importantes de la PA, mémorisation des valeurs de PA.
La technique de mesure souvent utilisée est la méthode oscillométrique, avec mesure des variations pulsatiles de pression dans le brassard lors de son dégonflage. L’amplitude maximale des pulsations correspond à la PA moyenne, les valeurs de PA systolique et diastolique étant ensuite calculées en utilisant des formules variées.
Excellente corrélation entre la PA mesurée par méthode oscillométrique et par méthode invasive.
Mesure continue : par petite manchette photopléthysmographique sur la phalange moyenne d’un doigt. La procédure de calibration, établit la taille de l’artère pour laquelle la variation de pression oscillométrique est maximale, puis une pression extérieure variable est appliquée à la manchette de façon que la taille de l’artère digitale mesurée reste constante. La PA est mesurée pendant tout le cycle cardiaque (onde de pression continue). Les PA systolique, moyenne et diastolique sont calculées, et la tendance évolutive peut être visualisée sur l’appareil pour de longues périodes de temps. NB : parfois erreur systématique de mesure, chez l’hypertendu. Si vasoconstriction périphérique intense, en état critique, sous estimation de la pression systémique.
Monitorage invasif de la pression artérielle : L’artère radiale est la plus souvent utilisée, mais risque de : ischémie distale / thrombose artérielle. C'est la méthode de référence, lors de réanimation sur état critique.
Monitorage de l’oxygénation par oxymétrie de pouls (SpO2) : Elle associe : spectrophotométrie d’absorption (oxymétrie, mesure les contenus relatifs en oxyhémoglobine et en hémoglobine réduite, du fait de coefficients d’absorptions différents) et photopléthysmographie (détection de l’onde de pouls). La perte de la détection du pouls (choc) ou lors d’hypothermie sévère empêche toute mesure de la SpO2, et constitue une limite de cette technique, dans des circonstances où la surveillance de l’oxygénation est essentielle.
Monitorage de la ventilation : La mesure de paramètres respiratoires simples (volume courant, ventilation minute, fréquence respiratoire) est obtenue par des spiromètres de transport intégrés ou non à un ventilateur mécanique.
Suivi de la capnométrie / capnographie, avec variations rapides et sensibles dans les états critiques, ainsi l’absence d’EtCO2 indique que le patient est depuis longtemps en arrêt cardiaque ou qu’il a été intubé accidentellement dans l’œsophage. L’EtCO2 constitue un monitorage simple de l’efficacité du massage cardiaque externe, car il est proportionnel à la circulation pulmonaire et est un reflet simple de l’efficacité du massage cardiaque externe.
Monitorage biologique : des appareils de laboratoires délocalisés permettent un monitorage rapide, et au lit du patient, de paramètres tels que les gaz du sang (pH, PO2, PCO2), l’ionogramme sanguin ou l’hémoglobine. Petit boîtier dans lequel on introduit une cassette avec l’échantillon de sang à tester, déterminant l’ionogramme sanguin (Na+ , K+ , Cl-, Ca2+ i), l’urée et la créatinine sanguine, la glycémie, les gaz du sang (pH, PO2, PCO2), les lactates et l’hématocrite.
Les autres valeurs obtenues sont calculées à partir des valeurs mesurées : bicarbonates, CO2 total, excès de base, saturation en O2, trou anionique et hémoglobine. Ces mesures sont réalisées par des électrodes miniatures ion-sélectives, par conductimétrie et ampérométrie associées à des catalyses enzymatiques.


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.