» PLACENTA Hypotrophie placentaire

Hypotrophie placentaire


Hypotrophie placentaire

 : La moyenne des poids des placentas de dysgravidie est inférieure pour tous les âges de grossesse à celle des placentas non dysgravidiques. Cette hypotrophie placentaire est liée à une réduction du volume des villosités terminales et du diamètre des capillaires villositaires.

Placenta trapu  : Bien que non spécifique, une réduction des diamètres du placenta avec une augmentation de son épaisseur est évocatrice d’une pathologie dysgravidique.

Les infarctus placentaires sont fréquents lors de dysgravidies, le compte rendu macroscopique doit mentionner l’évaluation du pourcentage global de ces lésions ischémiques par rapport au volume placentaire global.

Les kystes trophoblastiques sont arrondis, à liquide clair, jaune, soit fluide, soit un peu gélatineux, ils sont sous-choriaux ou intraparenchymateux et se voient souvent dans les insuffisances vasculaires utéroplacentaires.

Le cordon peut être grêle avec réduction de la gelée de Wharton qui devient plus dense et fibrillaire .

On recherche au niveau des membranes :

- athérose aiguë dans les segments déciduaux des artères utéroplacentaires, avec des macrophages spumeux qui occupent partiellement ou totalement la lumière vasculaire +/- caillot, mais difficulté de mettre en évidence cette lésion. On peut inclure un segment de plaque basale à plat (étudie une large surface de caduque déciduale), ou inclure des rectangles prédécoupés de membranes empilés à plat les uns sur les autres avec coupes semi-sériées.

- La nécrose laminaire de la caduque  : lame de nécrose de coagulation à l’interface entre le chorion et la caduque maternelle (nécrose de la caduque / chorion voire des 2 éléments), sous forme de plages d’étendue variable, distribuées aléatoirement

-  microkystes trophoblastiques = pseudokystes dans le chorion (petites plages faiblement éosinophiles, homogènes, entourées de trophoblastes extra-villeux) à différencier des des reliquats de villosités choriales, ronds / ovales mais d’aspect fibreux, involutif.

Ces 2 dernières lésions sont des critères d’hypoxie placentaire Arch Pathol Lab Med. 2010 Jul ;134(7):989-95.

Au niveau du placenta : villosités étroites collabées, à axe dense, fibreux, et vaisseaux soit collabés ou dilatés, occupant la presque totalité de la surface villositaire. Excès d’amas nucléaires syncytiotrophoblastiques et de synéchies villositaires.

La nécrose segmentaire et focale du syncytiotrophoblaste est une dégénérescence avec hyperéosinophilie cytoplasmique, limites cellulaires nettes, condensation des noyaux ou perte de la basophilie nucléaire.

La villite chronique est fréquente avec infiltrat inflammatoire du stroma villositaire à lymphocytes T surtout CD8 + macrophages +/- cellules géantes histiocytaires, le trophoblaste périvillositaire est parfois érodé, remplacé par un enduit fibrineux. De bas grade ou focale si < 10 villosités touchées / champ sinon de haut grade

Dépôts de fibrine +/- nécrose ischémique villositaire focale.

Dans le diabète, les villosités terminales sont parfois larges avec œdème du stroma. Lors de thrombophilies, dépôts fibrinoïdes et villosités avasculaires +/- thrombose des vaisseaux allantoïdo-choriaux (rechercher une thrombophilie fœtale).

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.