» Techniques médicales Imagerie de la rate

Imagerie de la rate




Imagerie (encyclopedia universalis)


Examens radiologiques


Les radiographies, l’échographie, le scanner fournissent des renseignements anatomiques sur la rate mais non des renseignements fonctionnels. Ils permettent de préciser la situation, la taille, l’existence de lésions intraspléniques.


Sur l’ASP, la rate, de densité hydrique, se voit au niveau de son bord interne en raison des superpositions colique et gastrique. Si splénomégalie alors densité arrondie de l’hypocondre gauche vers le flanc gauche, améliorant la vision du rein gauche qui classiquement reste en position normale, de même que le psoas, le côlon et l’estomac sont refoulés en bas et en dedans. Le grand axe de la rate correspond à la distance entre la coupole diaphragmatique gauche et le point le plus déclive de la rate – 2 cm (splénomégalie à partir de 14 cm). L'ASP peut montrer des calcifications spléniques.


En échographie, les mouvements respiratoires apprécient la mobilité diaphragmatique gauche et le déplacement de la rate. L’échographie doppler couleur, pulsé et de puisssance, étudie les vaisseaux spléniques. L’échographie permet des actes interventionnels percutanés : ponctions cytologiques, ponctions-aspirations ou drainages.


Les contours spléniques sont nets et réguliers, une ligne continue, finement échogène, délimite les contours externes, les faces gastrique et rénale et le pôle < de la rate. Le bord antérieur peut être crénelé ou festonné. La rate est homogène, solide avec fins échos diffus, régulièrement répartis, plus hypoéchogène que le foie mais moins que le cortex rénal.


Images pièges : image en miroir sus-diaphragmatique, lobe hépatique gauche périsplénique, incisure / bosselure du bord antérieur, pseudonodule échogène centrosplénique d’origine hilaire.


La TDM, évalue la taille et morphologie de la rate, sa vascularisation avec possibilité de reconstruction multiplanaire en mode angiographique ou non. Première étude sans contraste, puis à 35 ou 45 secondes après le début de l’injection, étude artérioportale qui apprécie globalement l’état du parenchyme splénique. Possibilité d'actes de radiologie interventionnelle. La densité spontanée de la rate normale (40-50 unités Hounsfield [UH]) est discrètement < celle du foie (-10 UH).


Après injection de produit de contraste, le rehaussement précoce est hétérogène, en « volutes » en raison de la captation préférentielle et précoce par les capillaires par rapport aux veines spléniques. À 2 minutes, le remplissage est homogène. Toutes pathologies confondues, la sensibilité de la TDM atteint 88 % avec une spécificité de 72 %.


LIRM, avec séquences d’acquisition très rapides, améliore l’exploration splénique en faisant disparaître les artefacts liés aux déplacements du diaphragme. Séquences pondérées T1 et T2 en échogradients rapides et en écho de spin rapide T2, le gadolinium complète l’exploration splénique (après 1 minute, le rehaussement devient homogène avec un maximum de rehaussement de 250 %).


Les produits de contraste à base d’oxyde de fer entraînent un hyposignal du parenchyme normal par captation par les cellules de Kupffer. En revanche, l’atteinte de ces cellules est à l’origine d’un hypersignal. En dehors des hémopathies, les performances de l’IRM sont identiques à celles du scanner.


Les thérapeutiques interventionnelles endovasculaires concernent les embolisations de lésions hémorragiques et parenchymateuses, ainsi que les anévrismes, les pseudoanévrismes et les fistules de l’artère splénique. Plus exceptionnellement, l’indication de l’embolisation est un hypersplénisme. En dehors des vaisseaux, la radiologie interventionnelle splénique comprend les ponctions-aspirations à visée diagnostique et les drainages d’abcès.


Les études isotopiques


Elles apportent des renseignements surtout fonctionnels qui dépendent du produit radioactif utilisé. L’épuration des globules rouges lésés par la chaleur et marqués par le 51 Cr ou le 99 m Tc est utile pour explorer la fonction de filtre de la rate.


Cette épreuve met aisément en évidence une asplénie fonctionnelle ou anatomique. Elle permet de dépister une rate accessoire ou des fragments de tissu splénique actif disséminés dans l’abdomen (splénose) après un traumatisme de la rate. Elle permet aussi de visualiser une zone non vascularisée (infarctus splénique), ainsi qu’une rate baladeuse.


La technique de scintigraphie splénique la plus simple et la plus habituelle utilise des particules colloïdales marquées par le 99 m Tc. Ces particules sont phagocytées par le foie et par la rate. Le rayonnement provenant de ces colloïdes marqués fixés dans la rate permet d’obtenir une image fonctionnelle du tissu splénique. Par contre, les petites lésions inférieures à 15 millimètres ne peuvent pas être décelées par cette technique.


Dans les cytopénies, en particulier, les anémies et les thrombocytopénies, la rate joue parfois un rôle important dans la destruction des globules rouges et des plaquettes. La mesure de la durée de vie des globules rouges ou des plaquettes marqués par un isotope confirme la destruction anormale. Les comptages externes de la radioactivité fixée dans la rate et dans le foie indiquent le siège de la destruction, ce qui constitue un élément important pour décider d’une éventuelle splénectomie.


http://spiral.univ-lyon1.fr/polycops/


http://www.kumc.edu/instruction/medicine/anatomy/histoweb/lymphoid/lymphoid.htm


http://www.anatomyatlases.org/MicroscopicAnatomy/Section09/Section09.shtml


http://en.wikipedia.org/wiki/Spleen


http://mywebpages.comcast.net/wnor/spleen.htm


http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf...



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.