» OEIL Cornée Surcharges

Surcharges



Surcharges : accumulation d’inclusions cytoplasmiques de lipofuchsine ou de phospholipides.


Les dépôts cornéens engendrent rarement des phénomènes d’éblouissement et n’altèrent pas l’acuité visuelle.


Amiodarone : dépôts épithéliaux après une moyenne de 4 mois de traitement journalier pour former une cornea verticillata. Au 1er stade : fins dépôts brun-jaunes dessinant une ligne horizontale dans l’aire de la fente palpébrale, le deuxième avec dépôts plus importants en lignes épaisses et ramifications en moustache de chat, le troisième avec nombreuses lignes en feuille de fougère s’étendant dans l’aire pupillaire.


Autres médicaments : Amodiaquine, chloroquine et quinidine, avec dépôts épithéliaux blanc-jaune ou gris dessinant un tourbillon, avec oedème superficiel et épaississement des nerfs.


Chlorpromazine, fluphénazine, lévomépromazine, propériciazine, ces phénothiazines entraînent une pigmentation dense jaune, au niveau cornéen épithélial et de la conjonctive.


Il existe aussi des dépôts sur la face postérieure de la cornée et sur le cristallin.


Clarithromycine, clofazimine, cytarabine, indométacine, isotrétinoïne, tétracyclines, sels d’argent, sels d’or, tamoxifène : les cas de dépôts cornéens sont rares.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.