» OEIL Uvée analyse post portem du vitré

analyse post portem du vitré


Analyse post-mortem du vitré : importance de la chimie du vitré (acellulaire, visqueux, incolore, normalement clair), contenant du glucose, acide hyaluronique, du collagène (type II), des sels inorganiques et de l’acide ascorbique, milieu relativement isolé, peu touché par les modifications postmortem (redistribution et hémoconcentration), qui résiste à la putréfaction.
Prélèvement : par aiguille de 18-20-gauge sur seringue de 10 mL dans le globe oculaire, à partir du canthus latéral, l’aiguille dirigée vers le entre de l’œil, aspiration lente de 2 à 5 mL en tube stérile pour ne pas provoquer de dépression avec décollement de la rétine (spécimen inanalysable). Si analyse toxicologique (alcool, médicament, drogue) ajouter du fluorure de sodium. Le liquide doit être incolore, inadéquat si fragments de rétine.
Si suspicion de sévices infantile, fixation, et examen des yeux pour exclure des hémorragies rétiniennes.
Le vitré est analysable jusqu’à 4 J post-mortem. On peut doser : Electrolytes, glucose, cétones, toxicologie, Ac viraux, acides, Insuline et C-peptide, certains métaux
Sodium Déshydratations, intoxication à l’eau, hyponatrémie, éthylisme aigu
Potassium intoxication à l’eau, hyponatrémie, éthylisme aigu
Chlore Déshydratations, intoxication à l’eau, hyponatrémie, éthylisme aigu, vomissement,
Glucose Diabete, coma hyperosmolaire non cétosique
Urée, créatinie Déshydratations, insuffisance rénale
Cétones Jêune / famine, acidocétose alcoolique, ingestion d’isopropanol
Insuline, C-Peptide surdosage
Fer Hémochromatose
Alcools Éthylisme aigu, ingestion d’isopropanol / méthanol
Médicaments Cocaïne, heroïne, morphine, antidépresseurs tricycliques, barbituriques, benzodiazépines, gamma-hydroxybutyrate
Ac Ac viraux (HIV, hépatite B et C si don d’organ
6-MAM MAM = 6-monoacetylmorphine pour distinguer l’héroïnde de la morphine
DNA pour identification
Acide formique Ingestion prémortem de méthanol
Condition Na mmol/L Cl mmol/L K mmol/L Créatinine mg/dL urée mg/dL Glucose mg/dL Acides cétosiques (Pos or Neg) alcool mg/dL
Normal 135-150 105-135 < 15 0.6-1.3 8-20 < 200 Neg Neg
Déshydratation Hypernatrémique >155 >135 Increased >40
Déshydratation Isonatrémique Increased Increased
Déshydratation Hyponatrémique < 135 < 105 Maybe increased Increased
Insuffisance rénale Increased Increased
SIADH < 135
Intoxication à l’eau < 135 < 105 < 15
Décomposition < 130 < 105 >20 Pos
Vomissement < 105
Diabète >200
Aciocétose diabètique >200 Pos
Coma Hyperosmolaire Non cétosique Maybe decreased Maybe increased Maybe increased >200
Acidocétose alcoolique < 200 Pos
Malnutrition/ famine / jêune Maybe Pos
Éthylisme aigu < 135 < 105 < 15 >350
Ingestion d’isopropanol Pos Isopropanol

Electrolytes : sodium, potassium, chlore, urée, créatinine : à la mort les membranes cellulaires deviennent perméables, arrêt du transport actif transmembranaire, diffusion des ions, dans le vitré le potassium diffuse immédiatement à partir des cellules rétiniennnes (croissance linéaire), ce qui permet d’estimer le délai postmortem (mais mesure non absolue sujette à des variations et donc peu utilisée car pas plus efficace que la rigidité cadavérique
Le sodium, chlore, créatinine, urée reflètent les niveaux sanguins prémortem (déshydratation, intoxication à l’eau, brûlures, diurétiques, Addison, SIADH, insuffisance rénale, gastro-entérite avec vomissement et/ou diarrhée), mais comme pour la datation tenir compte de :
Température externe, délai post-mortem, statut nutritionel.
Le glucose vitréen baisse rapidement donc on ne peut pas diagnostiquer une hypoglycémie, normal si <180 mg/dL, si > 200 mg/dL en faveur d’un diabète, mê^me si < 20 mg/dL peu significatif.
Absence de corps cétosiques (acétone, acétoacétate, bêta-hydroxybutyrate) dans le vitré sauf si acidocétose diabétique / alcoolique, parfois acétone si famine, jêune, malnutrition, ingestion d’isopropanol.
Alcools : isopropanol soit par ingestion soit par conversion d’acétone en isopropanol. Méthanol et son métabolite toxique (acide formique) par ingestion accidentelle ou volontaire
Ethylène glycol et ses métabolites. L’éthanol se voit dans le vitré 2 heures après ingestion, put se voir si fermentation postmortem du glucose (jusqu’à 100 mg/dL si décomposition). Se méfier de la diffusion postmortem de l’éthanol de l’estomac au sang central.
Si le niveau vitréen d’éthanol est inférieur au niveau sanguin (phase absorptive), la personne buvait au moment du décès, s’il est >, le sujet était en phase métabolique.
Médicaments : les médicaments hydrophiles ont des taux vitréens proches du taux plasmatiques

Voir en ligne : Analyse post-mortem du vitré › http://emedicine.medscape.com/article/1966150-overview


Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.