» TESTICULE Tumeurs à cellules de Sertoli :

Tumeurs à cellules de Sertoli :


Tumeurs à cellules de Sertoli (1) :
Moins de 1% des tumeurs du testicule, bien que 30% aient été décrits chez l’enfant, cela reste une tumeur rare, de 15 à 80 ans (moyenne 46 ans), les cas infantiles (pseudopuberté précoce, gynécomastie) correspondent vraisemblablement à des tumeurs de la granulosa juvéniles. Rares cas décrits dans le syndrome d’insensibilité aux androgènes ou en association avec un syndrome de Peutz-Jeghers (2) (enfants de 1,5 à 8 ans), avec gynécomastie et augmentation de l’œstradiol (peut représenter une lésion proliférative à potentiel néoplasique ou le stade intra-épithélial de Tumeurs à cellules de Sertoli AJSP 2001 ;25:1237), dans un contexte de cryptorchidie ou de testicule féminisant, la forme à grandes cellules calcifiante pouvant être associée à un complexe de Carney. La plupart ne présente cependant pas d’association particulière. Masse testiculaire, gynécomastie (1/3 des cas), impuissance dans 10 à 30% des cas. 10% est malin (N+) ; on recherche : polymorphisme nucléaire, taille > 5 cm, mitoses, nécrose, invasion angiolymphatique.
L’œstrogène n’est augmenté que dans 5% des cas.
Imagerie : non spécifique, d’échogénicité variable
Macroscopie : lobulé, bien limité, jaune ou blanc, parfois kystes ou hémorragie, nécrose rare. Taille moyenne de 3,5 cm (plus petit si associé à un Peutz-Jeghers), presque toujours unilatéral.
Histologie : 70% sont de type SAI, 15% de type calcifiant à grandes cellules, 15 % de type sclérosant. Images : #1,
Forme SAI :Le degré de différenciation tubulaire est très variable, la prolifération peut être diffuse ou nodulaire, les tubes sont toujours visibles même si cela ne se voit que focalement, les tubules peuvent être creux-ronds, solides-allongés, irréguliers de taille et de forme voire d’aspect rétiforme, parfois microkystique (vacuolisation cytoplasmique). Ils peuvent se disposer en fins cordons sinon l’architecture est solide. La forme bien différenciée en tubes ou adénome tubuleux se voit surtout sur testicule féminisant.
La forme à tubules annelés se voit dans le Peutz-Jeghers, cellules de Sertoli cubocylindriques en tubules contenant une masse éosinophile centrale, parfois formation de cordons anastomosés qui entourent un ou plusieurs globules hyalins (3).
Rares cas purement solides sans tubules. Le cytoplasme est plus ou moins abondant, éosinophile ou clair s’il existe une accumulation de lipides pouvant former des gouttelettes ou des vacuoles plus volumineuses. Le stroma est très variable sous forme de tissu fibreux hyalinisé parfois richement vascularisé ou lymphoïde, la plupart des tumeurs ne présentent ni atypies ni mitose quelques cas pléomorphes et mitotiques, les noyaux sont réguliers ronds ou ovales, vésiculaires +/- irréguliers avec des nucléoles. Ces formes solides sur fond fibro-inflammatoire et à cytoplasme clair peuvent être confondus avec un séminome (4). Des cas sont à cellules fusiformes voire sarcomatoïde
- dans la forme sclérosante (1 ;5-7), Am J Surg Pathol.2014 Apr ;38(4):510-7, se voit de 18 à 80 ans (moyenne de 37 ans), de 0.5 à 6 cm (moyenne de 1.7 cm, 80% < 2 cm), considéré depuis la WHO 2016 comme une simple variante de tumeur à cellules de Sertoli, on observe une sclérose extensive avec des tubules de petite taille, écrasés en cordons / travées, petits nids, (parfois vaguement pseudovasculaire ou rétiforme), ou qui prennent un aspect solide et qui peuvent poser un problème de diagnostic différentiel avec une tumeur adénomatoïde ou une carcinoïde. Petit noyau rond à chromatine fine, petit nucléole, cytoplasme pâle, éosinophile peu abondant, sans mitose, ni atypies, ni nécrose. Très souvent les cas rapportés de tumeurs à cellules de Sertoli dans la variante sclérosante ont eu un comportement bénin. Les cas malins sont mal limités avec perméations vasculaires.
Etude comparant 11 Sertoli classiques et 11 de forme sclérosante, marquage similaire de S100, bêta-caténine (fréquent), inhibine (peu fréquent) et de RA un peu plus intense dans la forme sclérosante qui surexprime PAX2/PAX8 Hum Pathol. 2017 Oct ;68:99-102.
- forme maligne (1) : peuvent se présenter d’emblée avec des métastases surtout ganglionnaires, 1/3 présentent une gynécomastie, la lésion est plus grande avec une croissance plus solide, des atypies, mitoses, nécrose, et emboles néoplasiques
Immunohistochimie  : inhibine positivité dans 30%, calrétinine +/-, CD 99 + dans 15% (67), vimentine +, CK +, EMA – parfois +, S100 +/-, WT1 +/-, MelanA +/-, bêta-caténine nucléaire dans 60 % des formes SAI (rare si forme maligne) Am J Surg Pathol.2015 Oct ;39(10):1390-4
négativité de : PLAP, hCG, AFP, Glypican3, OCT3/4
Diagnostic différentiel des tumeurs à cellules de Sertoli (9) :
- nodules à cellules de Sertoli (taille millimétrique), tubules empaquetés bordés de petites cellules de Sertoli immatures et contiennent d’occasionnelles spermatogonies, parfois agencés de façon radiaire autour de boules hyalines (évocatrices de Call-Exner), parfois corps calcifiés laminaires. Il est rarement macroscopique Am J Surg Pathol. 2010 Dec ;34(12):1874-80, et est alors confondu avec une tumeur à cellules de Sertoli, voire un gonadoblastome ou tumeur des cordons sexuels à tubules annelés Absence de symptomes endocrines. Lésion de 6 à 10 mm,. La lésion peut rester intratubulaire, avec des tubules entassés. Images  : #1
Immunohistochimie  : positivité de l’alpha-inhibine dans les cellules de Sertoli, négatif dans les cellules germinales.
- tumeur des cordons sexuels ou du stroma, dans ceux-ci le composant stromal est cellulaire marqué différent du stroma fibreux ou hyalinisé de la tumeur de Sertoli.
- tumeur de la granulosa juvénile, vésicules de taille et forme variable (tubes réguliers dans Sertoli), matériel basophile intercellulaire avec des noyaux plus immatures une activité mitotique plus marquée. Se voit surtout chez le nourrisson la tumeur de Sertoli étant rare chez l’enfant.
- tumeur à cellules de Leydig dans la tumeur de Sertoli l’architecture peut est diffuse et le cytoplasme éosinophile, dans la tumeur à cellules de Leydig sauf exceptions il n’existe pas de tubules et on retrouve dans 30 à 40 % des cas, des cristaux de Reinke, la cytokératine est plus intense et diffuse dans les cellules de Sertoli alors qu’elle est faible et focale dans les cellules de Leydig, inhibine plus intense et diffuse que dans Sertoli. Bilatéralité et multifocalité plus fréquentes que dans les tumeurs à cellules de Leydig.
- Séminome : bien que la tumeur de Sertoli puisse présenter un infiltrat inflammatoire focal on n’observe pas le fond lymphoïde du séminome. Il faut rechercher des granulomes, des noyaux ronds avec un à quatre nucléoles nets et un cytoplasme riche en glycogène pour affirmer le séminome.
- séminome spermatocytique, syndrome d’insensibilité aux androgènes (nodules hamartomateux de petits tubules bordés de cellules de Sertoli, Archives 1999 ;123:225, micro images #1, #2, #5 )
- séminome tubuleux, on retrouve en plus du séminome typique situé ailleurs + IGCNU, le séminome est PLAP +, PAS +, -, noyaux + grands et polymorphes, + de mitoses AJSP 2002 ;26:541), Sertoli est riche en lipides, CK +, inhibine +
- adénocarcinome endométrioïde : (très rare) dans la tumeur à cellules de Sertoli EMA- inhibine +
- . Tumeur adénomatoïde, masse paratesticulaire avec de grosses vacuoles cellulaires
- adénocarcinome métastatique, mais l’on retrouvera primitif situé ailleurs, l’aspect et plus polymorphe la croissance est interstitielle avec des perméations lymphatiques, les émirats plus, inhibine-
Pronostic et traitement  : 12% sont malins, les facteurs pronostics sont la taille> 5 cm, la nécrose, les atypies modérées à sévères, l’invasion vasculaire et une activité mitotique > à 5 mitoses/10 champs. Le traitement est classique et chirurgical avec le curage rétropéritonéal en cas de critères en faveur d’une évolution péjorative (10).sinon
http://pathologyoutlines.com/testis.html#sertoli

Possibilité de prolifération intratubulaire de cellules de Sertoli, souvent bilatérale avec une association possible à une tumeur à cellules de Sertoli calcifiante à grandes cellules, dans un contexte de Peutz-Jeghers (surtout en l’absence de forme infiltrante de tumeur à cellules de Sertoli calcifiante à grandes cellules). Décrit chez des enfants prépubères avec gynécomastie (11 ;12).
Histologie  : petits amas de tubes séminifères dilatés contenant de grandes cellules de Sertoli à cytoplasme vacuolé/éosinophile avec dépôts globulaires de matériel de membrane basale. Parfois petites calcifications focales.
Pronostic bon : la revue de la littérature montre une composante infiltrante dans ¼ des cas, sans métastases.

Reference List

(1) Eble JN, Sauter G, Epstein JI, Sesterhenn IA. Tumours of the urinary system and male genital organs. Lyon : IARC press, 2004.

(2) Young S, Gooneratne S, Straus FH, Zeller WP, Bulun SE, Rosenthal IM. Feminizing Sertoli cell tumors in boys with Peutz-Jeghers syndrome. Am J Surg Pathol 1995 ; 19(1):50-58.

(3) Ramaswamy G, Jagadha V, Tchertkoff V. A testicular tumor resembling the sex cord with annular tubules in a case of the androgen insensitivity syndrome. Cancer 1985 ; 55(7):1607-1611.

(4) Henley JD, Young RH, Ulbright TM. Malignant Sertoli cell tumors of the testis : a study of 13 examples of a neoplasm frequently misinterpreted as seminoma. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(5):541-550.

(5) Zukerberg LR, Young RH, Scully RE. Sclerosing Sertoli cell tumor of the testis. A report of 10 cases. Am J Surg Pathol 1991 ; 15(9):829-834.

(6) Anderson GA. Sclerosing Sertoli cell tumor of the testis : a distinct histological subtype. J Urol 1995 ; 154(5):1756-1758.

(7) Gravas S, Papadimitriou K, Kyriakidis A. Sclerosing sertoli cell tumor of the testis—a case report and review of the literature. Scand J Urol Nephrol 1999 ; 33(3):197-199.

(8) Kommoss F, Oliva E, Bittinger F, Kirkpatrick CJ, Amin MB, Bhan AK et al. Inhibin-alpha CD99, HEA125, PLAP, and chromogranin immunoreactivity in testicular neoplasms and the androgen insensitivity syndrome. Hum Pathol 2000 ; 31(9):1055-1061.

(9) Young RH, Koelliker DD, Scully RE. Sertoli cell tumors of the testis, not otherwise specified : a clinicopathologic analysis of 60 cases. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(6):709-721.

(10) Young RH, Koelliker DD, Scully RE. Sertoli cell tumors of the testis, not otherwise specified : a clinicopathologic analysis of 60 cases. Am J Surg Pathol 1998 ; 22(6):709-721.

(11) Venara M, Rey R, Bergada I, Mendilaharzu H, Campo S, Chemes H. Sertoli cell proliferations of the infantile testis : an intratubular form of Sertoli cell tumor ? Am J Surg Pathol 2001 ; 25(10):1237-1244.

(12) Ulbright TM, Amin MB, Young RH. Intratubular large cell hyalinizing sertoli cell neoplasia of the testis : a report of 8 cases of a distinctive lesion of the Peutz-Jeghers syndrome. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(6):827-835.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.