» obstétrique IVG médicamenteuse

IVG médicamenteuse


IVG médicamenteusehttp://www.sante.gouv.fr/ivg-medica...
L’IVG médicamenteuse est pratiquée jusqu’à la fin de la 5eme semaine de grossesse (7 semaines après les dernières règles, en établissement de santé, jusqu’à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines après le début des dernières règles mais protocole médicamenteux spécifique).
L’IVG médicamenteuse est pratiquée soit en établissement de santé, soit en cabinet de ville ou dans un centre de planification, ou dans un centre de santé.
L’IVG médicamenteuse consiste à prendre 2 médicaments différents (comprimés d’ntihormone = RU 486, ou mifépristone et une prostaglandine = misoprostol) en présence du médecin lors de 2 consultations, puis, à vérifier que la grossesse est bien interrompue au cours d’une visite de contrôle.
L’IVG médicamenteuse est soumise à un protocole très strict :
Première consultation, qui peut se faire chez le médecin traitant, la femme explique sa volonté de mettre un terme à la grossesse. Le médecin réalise un examen clinique, l’informe sur les différentes méthodes d’IVG et leurs risques. Des examens supplémentaires (HCG, échographie) peuvent être prescrits pour confirmer la grossesse, la dater et exclure une GEU, contre-indication à l’IVG médicamenteuse. À la fin de cette consultation, la patiente reçoit un document attestant de la date à laquelle sa demande a été effectuée.
Deuxième consultation de consentement 7 jours plus tard. On explique le déroulement de l’IVG, les démarches administratives à effectuer, puis second examen clinique et on remet à la patiente un livret sur l’IVG et les ordonnances nécessaires.
Entretien psycho-social proposé mais il n’est obligatoire que pour les mineures.
Le jour de l’avortement, 1 cp de mifépristone (RU 468), bloque l’action de la progestérone, favorise les contractions et l’ouverture du col, avec possibilité de saignements +/- importants, exceptionnellement, l’œuf peut déjà être évacué à ce stade. NB : Les saignements ne signifient pas l’arrêt de grossesse, la femme doit se rendre à la consultation suivante.
Puis 36 à 48 h plus tard, misoprostol per os, en présence du médecin qui assure une surveillance. Cette prostaglandine augmente les contractions (+/- douloureuses comme lors des règles) et provoque l’expulsion de l’œuf. Des antalgiques sont souvent prescrits. Les saignements peuvent parfois se produire très vite après la prise du misoprostol, mais parfois plus tardivement : dans 60 % des cas, l’expulsion de l’œuf se produit dans les 4 heures après prise du misoprostol ; sinon dans les 24 à 72 H. Les saignements durent une dizaine de jours. La méthode contraceptive choisie par la femme est prescrite lors de cette consultation.
L’expulsion de l’œuf se fera au moment où elle sera rentrée chez elle, où il est important qu’elle ne soit pas seule. Visite de contrôle entre 2 et 3 semaines après RU 468

Visite de contrôle  : à J 14-21 après prise de mifépristone, pour vérifier que la grossesse est interrompue et s’assurer de l’absence de complication (examen de la patiente, + souvent une échographie ou ßHCG. Si échec (grossesse en cours), alors chirurgie.
On vérifie la présence d’un moyen contraceptif adapté.

Le taux de succès de la méthode est d’environ 95 %.
Dans tous les cas : si femme Rh- alors injection de gamma-globulines anti-D.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.