» COL UTERIN Cervicites parasitaires et à protozoaires

Cervicites parasitaires et à protozoaires


Les cervicites parasitaires et à protozoaires

L’infection à Trichomonas vaginalis est assez fréquente. Elle se manifeste typiquement par des pertes vaginales spumeuses, jaunes-verdâtres, elle s’accompagne une réponse inflammatoire intense, avec des atypies de régénération importante au niveau des cellules malpighiennes et endocervicales du col.

Macroscopie

Cytologie : C’est un protozoaire anaérobie facultatif fréquemment rencontré. A la coloration de Papanicolaou, le protozoaire apparaît ovalaire ou en forme de poire avec une taille allant d’allant d’un histiocyte à une cellule parabasale. Le flagelle est rarement visible.

L’organisme se caractérise par un noyau petit, excentré et pâle. De petites granulations éosinophiles sont souvent visibles dans le cytoplasme.

L’infection à Trichomonas s’accompagne souvent d’une réaction inflammatoire mais pas obligatoirement, avec desquamation, exsudat inflammatoire et des atypies épithéliales. Ces dernières peuvent toucher les cellules malpighiennes et endocervicales, avec cytolyse, élargissement nucléaire, halos périnucléaires et une éosinophilie du cytoplasme.

Les Trichomonas peuvent parasiter les cellules malpighiennes superficielles. Des cellules parabasales vacuolisées peuvent être nombreuses, secondaires à une métaplasie malpighienne ou à une ulcération. Schéma, Images : flagelle ; #4 ;#1 ; #2 ; #3 ; #6, #7, #8, p16, + leptothrix #1, Lame virtuelle

Traitement  : métronidazole (Flagyl)

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologytrichomonasvaginalis.html

http://www.icp.ucl.ac.be/ opperd/parasites/tricho.htm

 

Amibiase cervicale  : peut simuler ou accompagner un carcinome (Am J Trop Med Hyg 1992 ;46:759, Int J Gynaecol Obstet 1987 ;25:249, Archives 1985 ;109:1121)

Macroscopie  : masse polypoïde et ulcérée ; peut se greffer sur carcinome pré-existant

Images  : #0 ; #1

http://pathologyoutlines.com/cervix.html#amebiasis

 

Oxyurose  Acta Cytol 1984 ;28:468 : Images ; oeuf, #1, #2, #3

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologyenterobius.html

 

En Afrique, Amérique du sud et certains pays asiatiques, les bilharzioses à Schistosoma haematobium ou plus rarement à S. mansoni sont assez fréquentes Acta Trop 2001 ;79:193.

Elles sont souvent associées à une bilharziose urinaire et à une stérilité. Histologiquement, il existe des granulomes non caséeux, entourés de cellules géantes multinucléées et comportant des calcifications. S.mansoni possède une longue épine latérale, alors que S. haematobium possède une courte épine à un de ses pôles. La bilharziose cervicale peut être associée à une hyperplasie pseudo-épithéliomateuse du revêtement exocervical, simulant cliniquement et histologiquement un carcinome. Les bilharzioses chroniques non traitées ont été impliquées dans la genèse des carcinomes du col dans les régions où la bilharziose est endémique. Images  : S. haematobium ; S. mansoni ; oeufs calcifiés, Images Cytologie  : S. mansoni-lateral spine ; S. japonicum

http://pathologyoutlines.com/cervix.html#schistosomiasis

http://www.pathologyoutlines.com/topic/cervixcytologyschistosomiasis.html

 

Les autres infections parasitaires sont rares, comme l’échinococcose, les kystes hydatiques, l’amibiase ulcéronécrotique, la maladie de Chagas, les microfilaires telles Wuchereria bancrofti



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.