» CANAL ANAL Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde




Tumeurs anales


Carcinome malpighien (Ann Pathol. 2007 Dec ;27(6):459-75) : surtout personnes âgées dans sixième et septième décennies, plus jeunes si immunodépression, prédominance masculine (2/1) ou féminine (1.5/1) selon les auteurs, incidence de 0,5 à 1/100000, risque accru chez homosexuels, surtout si SIDA, le tabac est aussi impliqué, la présence de fistules, fissures, hémorroïdes ne sont pas des facteurs de risque.


Clinique : souvent tardive, prurit anal, position assise inconfortable, douleurs, modification du transit, incontinence si infiltration du sphincter, hémorragie, fissure, fistule.


Imagerie : Le scanner et l'IRM montrent les N inguinaux ou pararectaux, l'écho-endoscopie permet l'évaluation de l'extension pariétale.


Macroscopie : petite ulcération ou fissure à bords exophytiques ou indurés


Histologie : L'OMS ne fait plus la différence entre carcinome malpighien et basaloïde cloacogénique, du fait de la faible reproductibilité, liée en partie à la petite taille des biopsies et de l'absence de répercussions pronostiques.


L'OMS préconise l'utilisation du terme carcinome squameux en précisant la taille des cellules prédominantes, les aspects basaloïdes, le degré de kératinisation et la NIE adjacente.

2 sous types sont distingués : squameux à microkystes mucineux (mucine +, BA +, PAS+D+) et à petites cellules non neuroendocrine. Plus de 70 % des carcinomes épidermoïdes sont moyennement ou peu différenciés. Ils peuvent être parfois kératinisants (ou matures).


Le carcinome verruqueux (condylome géant de Buschke - Löwenstein) Arch Pathol Lab Med. 2010 Nov ;134(11):1601-11 : est de croissance lente avec abcès et fistules, associé plutôt à des HPV à faible risque, il évoque sur biopsie un condylome (hyperkératose, nette acanthose et papillomatose), sur exérèse : croissance endophytique = forme végétante, polypoïde de carcinome épidermoïde très bien différencié, richement kératinisé, envahissant les tissus sous jacents sur un mode pushing type (35).


Bien qu'il soit difficile de séparer carcinome malpighien péri-anal et anal, les premiers ont un meilleur pronostic surtout si exérèse locale possible.


Le Diagnostic différentiel peut être difficile sur de petites biopsies avec un neuroendocrine ou adénocarcinome peu différencié, le marquage p63 semble être spécifique du carcinome malpighien (30).


Génétique : anomalies fréquentes de p53 par délétion ou mutation, il semble exister une corrélation avec l'HPV, de 55 à 85% renferment en PCR de l'HPV 16/18 (11 ;31) (cloacogénique transitionnel avec différenciation transitionnelle, glandulaire et/ou épidermoïde


Pronostic : selon le stade et statut N


- carcinomes verruqueux qui sont caractérisés par des formes végétantes, polypoïdes de carcinome épidermoïde très bien différencié, richement kératinisées, envahissant les tissus sous jacents sur un mode pushing type, correspond à l'ancien condylome géant de Buschke-Loewenstein(35).


 


Profil immunohistochimique des tumeurs anales


 


Tumeurs


 


CK 8+18


CK7/20


CK5+14


Mucine


AEC


Autres


Carcinome colorectal


+


+/-


-


+


+


 


Carcinome épidermoïde


-


-/-


+


-


-


CK13/19


Carcinome basocellulaire


-


-/-


+


-


-


BerEP4+


Tumeur endocrine


+


-/-


-


-


-


Chromo/Synapto


Mélanome


-


-/-


-


-


-


PS1001/HMB45


Maladie de Bowen


-


-/-


+


-


-


 


Maladie de Paget


+


+/-


-


+


+


GCDFP-15


Extension pagétoïde d'un CCR


+


+/+


-


+


+


 


Carcinome prostatique


+


-/-


-


-


-


PSA/PAP


Lymphome


-


-/-


-


-


-


ALK


 (11) Williams GR, Talbot IC. Anal carcinoma—a histological review. Histopathology 1994 ; 25(6):507-516.


 


 (30) Owens SR, Greenson JK. Immunohistochemical staining for p63 is useful in the diagnosis of anal squamous cell carcinomas. Am J Surg Pathol 2007 ; 31(2):285-290.


 (31) Wolber R, Dupuis B, Thiyagaratnam P, Owen D. Anal cloacogenic and squamous carcinomas. Comparative histologic analysis using in situ hybridization for human papillomavirus DNA. Am J Surg Pathol 1990 ; 14(2):176-182.


 (35) Kovi J, Tillman RL, Lee SM. Malignant transformation of condyloma acuminatum. A light microscopic and ultrastructural study. Am J Clin Pathol 1974 ; 61(5):702-710.


 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.