» Médecine du travail burn out

burn out


Burn out : Le Rapport du 23 février 2016 de l’Académie nationale de médecine fait le point sur le « burn out » et propose des recommandations pour que ce syndrome soit mieux diagnostiqué, reconnu et pris en charge.
Introduction du concept d’épuisement professionnel par le psychiatre français Claude Veil en 1959 et appellation « burn-out professionnel » en 1971, le Ministère du Travail a agit avec la loi réprimant le harcèlement moral au travail (2002) et le plan d’urgence de prévention des risques psycho-sociaux (RPS) mis en place (2009).
Le burn-out est absent des nomenclatures internationales de référence (DSM-V et CIM-10) et non prévu dans leurs prochaines éditions.
Le burn-out est un état d’épuisement psychologique (émotionnel), cognitif (perte de motivations, difficultés de concentration) et physique (fatigue), les symptômes traduisant une réaction de détresse à un stress en milieu professionnel. Le Maslach Burn-out Inventory (MBI) en évalue 3 dimension : épuisement émotionnel, dépersonnalisation, réduction du sentiment d’accomplissement de soi. Certains ont ajouté un surinvestissement et l’addiction au travail (workalholisme).
Au total, les symptômes relèvent plutôt des troubles dépressifs et des troubles de l’adaptation. Les sujets en burn-out ont souvent recours aux psychostimulants, à l’alcool et aux anxiolytiques.
La prise en charge du burn out associe l’éloignement du travail, des antidépresseurs et une psychothérapie de reconstruction émotionnelle et de l’estime de soi.
C’est la rencontre d’une personne en détresse (fatiguée) avec parfois une personnalité à risque (perfectionnisme, hyperactivité et addiction au travail) et d’un environnement de travail dégradé (exigences du travail, exigences émotionnelles, manque d’autonomie, de soutien social et de reconnaissance, conflits de valeur, insécurité de l’emploi et du travail).
En préventif, la loi du 20 juillet 2011 renforcé la notion de droit à la santé au travail et le rôle du médecin du travail dans la prévention. Alors que l’inscription du burn-out au tableau des maladies professionnelles a été rejetée par les parlementaires en 2015 par manque de définitions, les « dépressions d’épuisement » peuvent être reconnues comme maladies professionnelles hors tableau, et les médecins devraient les rapporter aux Comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (C2RMP). Le coût pour les entreprises de la réparation des troubles psychosociaux reconnus par les C2RMP est un facteur puissant pour mettre en œuvre des moyens de prévention efficaces...



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.