» Anatomie pathologique générale Bêtisier anatomopathologique

Bêtisier anatomopathologique


Bêtisier anatomopathologique :

Le cas est difficile = je n’ai aucune idée de ce que c’est, ou plus prosaïquement, je n’arrive pas à trancher entre plusieurs hypothèses, dans ce cas on le montre à des collègues et on choisit l’option la plus logique / vraisemblable ou l’on reste sur un désaccord et on l’envoie à un référent, qui bien qu’il ne soit pas détenteur d’une vérité ultime fera autorité (argument d’autorité),
La lésion est difficile à classer = je n’ai aucune idée de la nouvelle classification de la WHO. Effectivement on ne les connaît pas toutes par cœur, même si certains correspondants semblent croire le contraire, en particulier si on travaille dans de multiples domaines de la pathologie humaine. La lésion peut effectivement être difficile à classer, car on ne la connaît pas bien ou elle est très rare ou mal prélevée,

Dr X est d’accord avec mon diagnostic = je suis content que quelqu’un d’autre sache de quoi il retourne, mais c’est également la vérité très souvent, on a montré à un collègue un cas car on avait un doute quelconque ou parce qu’il est révélateur ou prototypique.

Le cas a été montré en conférence de qualité = on va tous plonger, NB certains cas beaux ou très informatifs sont montrés en réunion de service, ce qui dilue la responsabilité car très souvent, sauf erreur manifeste, personne ne songe à contester (panurgisme).

Une invasion ne peut être exclue = jamais de facto, car suppose un échantillonnage extensif, totalement hors de propos pour de nombreuses raisons pratiques, si on pratique l’humour vache, cela envahit probablement, mais je n’ai pas trop envie de chercher et c’est le temps de la pause café,

La lésion est mieux vue sur coupe définitive = c’est une évidence pour de multiples raisons basiques, l’extemporanée n’est qu’un pis aller et certainement pas une référence, sur un ton humoristique on l’a raté en extempo ! Cela aussi est une réalité de terrain, soit parcequ’on a pas vu le bon plan de coupe ou qu’on n’a pas reconnu la lésion (importance des artefacts d’extemporanée),

Les colos sont suboptimales = elles sont vraiment mauvaises et ce n’est pas de l’humour, c’est la vérité toute nue,

Très nombreux (polypes ou mitoses) = plus de 10,

Rare mitoses = je n’en ai pas vu, mais le premier qui jettera un coup d’œil en verra plusieurs d’emblée (loi de l’emmerdement maximum), un avocat pourrait utiliser la présence d’une seule mitose pour mettre en doute mon raisonnement,

Les colos sont non contributives = on a coloré le mauvais bloc, ou on ne sait comment les interpréter, ou ce que cela entraîne comme conséquences.

Les colos sont non disponibles = cela est souvent vrai ou j’ai oublié de les demander, mais à ce moment si elles sont utiles on les redemande et fait un complément de réponse.

Présence d’artéfacts de cautérisation = cesser de tout brûler
Limites d’exérèse proches = atteintes de facto mais je veux être gentil avec le chirurgien ou j’ai peur qu’il m’engueule,

Absence d’anomalies spécifiques / anomalies non diagnostiques / inflammation minime = on fait souvent des diagnostics sur des lésions mineures, assez peu spécifiques, dans le but de ne pas décrire une absence de pathologie car le prescripteur espère un diagnostic et donc une pathologie, cela s’applique à de nombreuses biopsies digestives pour gastrite, œsophagite, polypes coliques où l’on ne voit pas grand chose voire rien mais on décrit néanmoins sur foi de rares cellules inflammatoires, une inflammation ou si rares microglandes un peu plus denses, des polypes de bas grade. Si on ne trouve rien on suspecte l’anat path de ne pas avoir fait suffisamment de plans de coupes, C’est la célébrissime obligation de moyens qu’il faut pourtant limiter, on ne peut pas systématiquement faire des étages car on a une peur panique de louper quelque chose ou de se sentir mis en défaut, car ces autres plans de coupes n’apportent souvent rien, Si le prélèvement est bien fait, on la verra de toutes façons, Il est bien plus facile de prouver l’existence de quelque chose que son absence. Dans le même registre : peau histologiquement normale (vous avez loupé la lésion après injection de l’anesthésique local et biopsié à coté de la lésion ou vous n’aviez pas grand chose à faire, et il fallait bien vous occuper),

Néoplasme de pronostic indéterminé (SVP ne vous précipitez pas sur un traitement potentiellement agressif, mais ne me donnez pas la faute si les choses évoluent mal !),

Le prélèvement s’est délité durant l’inclusion c’est souvent vrai, mais on a pu le perdre, il existe avec une chance de le retrouver moindre que celle de retrouver le corps de Jimmy Hoffa, et ceux dans le laboratoire qui savent où le trouver ne sont pas plus loquaces que ceux qui savent où se trouve le corps de Jimmy Hoffa.

Le spécimen est petit et fragmenté = on peut espérer en PCR trouver des fragments de 90kb au maximum (euphémisme)

Spécimen entièrement inclus = je n’ai plus retrouvé le reste dans la poubelle,

Ganglion possible = tas de graisse,

A confronter aux données cliniques = je m’en fous dorénavant,

Immunofluorescence non réalisable car fixation en formol (malgré les nombreux appels et l’envoi de médium de transport, le prescripteur ne sera probablement jamais capable d’envoyer un spécimen permettant une telle analyse),

Artéfacts d’électrocoagulation (si le cabinet du dermatologue était dans un immeuble moderne il déclencherait les détecteurs de fumée),

Morphologie altérée par des artéfacts d’écrasement = on a exercé d’importantes forces de torsion avec une clé à molette aboutissant à des lymphocytes qui auraient pu être paints par Jackson Pollack, s’il disposait de pinceaux de 2 µ de largeur,

Modifications compatibles avec une forme débutante de mycosis fungoïde. J’ai confiance en votre sens clinique, si en tant que clinicien n’y pensez pas il ne fallait pas le mettre sur le bon de demande, car j’ai tenu compte de votre hypothèse, or l’aspect n’est pas spécifique et se voit dans des lésions bénignes,

Discrète hyperplasie épidermique et hyperkératose = la biopsie est inadéquate, aiguisez votre curette ou prenez des anabolisants pour avoir la force suffisante pour franchir la couche granuleuse, de plus l’inférence de l’hyperplasie n’est qu’une hypothèse car très peu de matériel présent ,

Note

Notre expérience est que de telles lésions se comportent de façon bénigne = à ce jour je n’ai pas eu d’assignation à comparaître pour un cas de ce type. Bien sûr ils peuvent se réserver cela pour une class action suit.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.