» MUSCLE Myosite parasitaire

Myosite parasitaire


Trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) due au protozoaire Trypanosoma cruzi les insectes vecteurs sont : Rhodnius prolixus, Triatoma infestans, Panstrongylus megistus qui contaminent les piqûres avec les parasites dans leurs déjections. Il existe une forme intracellulaire amastigote (responsable de la myosite) et le trypomastigote dans le sang qui est ingéré par les moustiques. Au stade aigu : fièvre, adénopathies, hépatosplénomégalie, inflammation locale au site de piqûre, si atteinte oculaire : œdème unilatéral péri-oculaire et palpébral + conjonctivite et N pré-auriculaire. A la phase parasitémique possibilité de myocardite avec blocs de conduction.
Bactérienne -S doré (70%) ; Streptocoque viridans / pyogenes / pneumoniae ; Salmonella enteritidis ; Klebsiella pneumoniae ; Clostridium freundii ; Bartonella ; gram-negative dont E. coli, Pseudomonas aeruginosa, Neisseria, Yersinia, Morganella morganii, Spirochètes
Cysticercose : Myosite liée à l’infestation par la larve de Taenia solium
Clinique  : Trichinose selon le site atteint : diplopie, dysarthrie, dysphagie, dyspnée
Sinon fièvre, myalgies (muscles douloureux, gonflés, indurés), atteinte surtout du quadriceps et du psoas.
Diagnostic différentiel  : Polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante aiguë ou chronique, Dermatomyosite/Polymyosite, Myopathies du SIDA, pathologies neuromusculaires du SIDA, Myopathies métaboliques, cellulite, thrombose veineuse profonde, hématome, ostéomyélite, arthrite septique, polymyosite idiopathique
Imagerie  : RMN qui la distingue d’une ostéomyélite ou d’infections pelviennes , le scanner distingue l’abcès d’une tumeur ou hématome
Histologie  :
Trichinose  : en aigu nécrose segmentaire et infiltrat interstitiel avec surtout des PNE, voire des larves. Plus tard : kystes encapsulés (sans larves), granulomes, calcifications focales.
Pyomyosite  : nécrose étendue du muscle, périmysium, et vaisseaux, infimltrat pléomorphe de PNN + lymphocytes.
Cysticercose  : les larves viables n’entraînent pas de réaction, après réaction aiguë pléomorphe de PNN + PNE, puis fibrose périkystique et réponse granulomateuse.
Myosite de Lyme  : atrophie musculaire et infiltrat de lymphocytes, plasmocytes, macrophages. Les spirochètes se voient à la coloration de Dieterle.
Trypanosomiase  : amas d’amastigotes dans les cellules musculaires + inflammation aiguë et chronique.
Traitement  : Corticoïdes si HIV, si trichinose : thiabendazole + prednisone 40-60 mg/j si douleurs +++ et faiblesse, si trypanosomiase : benznidazole, si virus : antipyrétiques et analgésiques, voire amantadine. Si myosite tuberculeuse ou toxoplasmique voir Myopathies du HIV, si cysticercose voir Neurocysticercose.
Complications  : Rhabdomyolyse possible si grippe voire myosite à virus coxsackie.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.