» PEAU Léiomyome cutané

Léiomyome cutané


Léiomyome  : (1 ;2) Les léiomyomes cutanés sont rares : on distingue plusieurs formes
- piloléiomyome multiple, petits nodules, fermes, rouge brun, sensibles ou douloureux
- piloléiomyome isolé, plus volumineux (jusqu’à 2 cm)
- léiomyome génital, isolé du scrotum ou vulve, mamelon, asymptomatique
- Angioléiomyome , isolé, < 4 cm, surtout aux membres <
Les léiomyomes pilaires sont des papules / nodules, de couleur chair ou rosée ou rouge-brun, voire rouge-violet, fermes à la palpation, mobiles sur les plans profonds avec douleur spontanée ou déclenchée par le froid, la pression, un traumatisme ou des facteurs de stress.
(NB : la douleur très caractéristique fait discuter un névrome, tumeur glomique, spiradénome eccrine, angiolipome). Certaines lésions peuvent s’accompagner de signes généraux (nausées, vomissements, défécation, perte d’urines, dilatation pupillaire, hypotension, pâleur).
Ils surviennent sans préférence de sexe, à n’importe quel âge, mais plutôt chez l’adulte jeune.
Ils peuvent être uniques et siéger alors plus volontiers au niveau des membres.
Les cas multiples sont de topographie ubiquitaire, ils apparaissent de façon sporadique ou dans un contexte familial à transmission autosomique dominante et à pénétrance variable.
Leur nombre peut atteindre quelquefois la centaine et leur taille, de quelques mm au cm, est <à celle des lésions solitaires. Pas de tendance à la régression spontanée. Au fil du temps, les lésions préexistantes augmentent de taille, tandis que de nouveaux éléments apparaissent et souvent par poussées. C’est dans les formes familiales et multiples que l’on a décrit chez la femme l’association possible à des myomes utérins. Cette léiomyomatose cutanéo-utérine s’accompagne parfois d’une polyglobulie par augmentation de l’activité érythropoïétique au sein du tissu tumoral. Images cliniques :
Traitement  : selon le caractère symptomatique ou non. La forme solitaire relève de l’exérèse chirurgicale. Les récurrences sont fréquentes. Les formes multiples sont un défit thérapeutique. Les lésions les plus invalidantes feront l’objet d’une chirurgie. Les diverses drogues proposées à titre antalgique, comme la nifédipine ont souvent des effets décevants.

Léiomyomes génitaux : ceux du sein, scrotum et grandes lèvres. Ils sont solitaires, rares, survenant à n’importe quel âge. La lésion est bien délimitée, ferme, profonde, plus souvent asymptomatique que douloureuse. Ceux du mamelon se rapprochent, par leur taille et leur histologie, des piloléiomyomes.
Ceux de la vulve / scrotum sont souvent + volumineux et très bien limités.
Histologie  : les piloléiomyomes sont mal limités, formés de bouquets entrelacés de muscle lisse et de collagène. Images  : #2, #3, #4, #7, #8, #9, #10, #11, #12, forme génitale

(1) Elder DE, Elenitsas R, Jaworsky C, Johnson B, Jr. Lever’s histopathology of the skin. 8th edition ed. Philadelphia : Lippincott raven, 1997.
(2) Weiss SW, Goldblum JR. Enzinger and Weiss’s Soft tissue tumors. 4th ed. St Louis : Mosby, 2001.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.