» PANCREAS EXOCRINE Carcinome a cellules acineuses

Carcinome a cellules acineuses


[ Carcinome a cellules acineuses (1-7) Am J Surg Pathol.2012 Dec ;36(12):1782-95 : Très rare, 1 à 2 % des tumeurs pancréatiques (15% chez l’enfant). Se voit chez des sujets de 3 à 90 ans, avec une moyenne d’âge d’environ 57 à 62 ans, rare avant 40 ans, prédominance masculine (3,6 à 1/1).
Clinique  : symptômes liés à la masse (douleurs abdominales (30%), perte d’appétit et de poids (50 %) nausées, vomissements (20%)), ictère rare (12 %), sinon métastases fréquentes.
Dans 2 à 15 % des cas, polyarthralgies, polyarthrite et nécrose adipeuse sous-cutanée, disséminée, occasionnelle éosinophilie, endocardite thrombotique (surtout si métastases hépatiques), associé à une activité lipase et amylase élevées dans le sérum (jusqu’à 100000 U/dL, équivalent de pancréatite). Ce syndrome peut être présent d’emblée ou après récidive et peut disparaître après exérèse complète. Dans de rares cas, augmentation nette de l’AFP sérique (8 ;9), les autres marqueurs ACE, CA 19.9 sont normaux.
Imagerie   : Tumeur de grande taille, moyenne de 11 cm, au scanner, bien limité, densité similaire au parenchyme adjacent.
Macroscopie  : masse nodulaire bien limitée, de grande taille (2 à 30 cm, moyenne de 7.8-11 cm). Tumeur molle, bien limitée, partiellement encapsulée, grands nodules rouges – bruns – jaunes avec nécrose/hémorragie. Possibilité de remaniements kystiques. Invasion possible des structures adjacentes (45% des cas). Localisé dans 56% dans la tête, 8% dans le corps, 36% dans la queue. N+ dans 34%, M+ dans 47.5% (surtout le foie). Images macroscopiques : image1
Histologie  : la tumeur très cellulaire est bien limitée +/- extensivement encapsulée avec rupture au moins focale de la capsule (peu de stroma pas de desmoplasie). Elle est lobulée par de larges travées fibreuses, peu de stroma dans les lobules. Alternance de territoires acinaires (nombreuses petites lumières dans chaque îlot d’où un aspect cribriforme), trabéculaires, solides, glandulaires. Cellules tumorales uniformes, cytoplasme richement granulaire (dans minorité des cas), faiblement PAS +, D +, les noyaux sont ronds ou ovales pouvant former des palissades, peu de polymorphisme. Perméations vasculaires (60%) et périnerveuses (30%), invasion locale quasi constante, voire extension polypoïde intracanalaire. Nécrose dans 62% des cas, marquée dans 20%, Mucine -. Mitoses nombreuses, KI-67 élevé (moyenne de 30%). Architecture rarement purement acinaire, cytoplasme abondant apical (surtout en périphérie des lobules), quand les acini sont dilatés formation de structures microglandulaires, pouvant contenir du matériel de sécrétion. Architecture surtout acinaire et solide, avec zones nécrotiques, activité mitotique importante. Sinon architecture glandulaire (acini dilatés) ou trabéculaire, fines travées rectilignes avec double rangée de noyaux externes. Ces travées peuvent être gyriformes. Plus de la moitié des cas est de grade 2, 25% de grade 3 un peu moins de 20% de grade 1
Butyrate estérase + dans ¾ des cas. Images  :série d’images, image1, image2, #0, #1, #2, #7, cytologie : #0, #1
Cytologie  : cellularité modérée, amas irréguliers plages solides, glandes, cellules benoîtes, polygonales, N/C faible, noyaux uniformes, parfois plasmocytoïdes. Chromatine grossière, nucléoles ++,
Immunohistochimie   : trypsine 95-100 % +, BCL 10+ (86%, intense), lipase 26 % (faible)-85 % +, amylase rarement + (9% et faible) chymotrypsine + (1/3 à 90 %) dans la portion apicale des cellules quand architecture acinaire. Positivité de :CK19 (86%), CK7 (73%), PDX1 (91%) . CK8 et CK 18 +, AE1-AE3 + dans 75 % ; CAM 5,2 + à 100 % ; α1 AT + ; CA 19,9 + (1/3) ; B72.3 (1/3) ; ACE et AFP rarement +. SOX9 + (11%) Hum Pathol. 2014 Mar ;45(3):456-63. Marqueurs neuroendocrines dans ¼ à 40 % des cas surtout si architecture solide (cellules + de façon éparpillées). Glypican 3 +/-, négativité de : pVHL, S100P, mésothéline, pas d’accord concernant CK7.
Génétique  : pas / peu de mutations de K-ras, ni perte de DPC4 ou CDKN2A, mais dans la moitié des cas LOH de 11p
Diagnostic différentiel   :
- tumeurs endocrines  : (si aspect de tumeurs acinaires solides – trabéculaires) mais pas de foyers de différenciation acinaire, grande régularité d’agencement des noyaux (chromatine poivre et sel), pas de PAS +, stroma fibreux hyalinisé / amyloïde, distribué de façon irrégulière, peu de mitoses, pas de gros nucléole, pas de polarisation nucléaire basale, pas d’enzymes pancréatiques en IHC, mais positivité diffuse des marqueurs neuroendocrines.
- Tumeur mixte acinaire – endocrine   : (> 25% des 2 composantes), dans une grande série iles représentent 20% des carcinomes acinaires Am J Surg Pathol. 2012 Dec ;36(12):1782-95
_ Tumeur solide – pseudopapillaire  : forte prédominance féminine, adultes jeunes, macroscopie kystique, nécrotique, architecture pseudopapillaire (pas de lumières, glandes ou acini), cellules monomorphes polygonales en nids et plages à cytoplasme clair. IHC : A1 AT +, vimentine +, NSE +, CD56 +, CD 10 +, enzymes pancréatiques -, kératine le plus souvent -
- Pancréatoblastome  : là aussi, agencement et différenciation acinaire, mais lobulation nette et nids squamoïdes, différenciation maligne, plus ou moins composant mésenchymateux, y penser surtout si AFP + chez un enfant (8 ;9).
- Adénocarcinome canalaire  : masse ferme, mal limitée, prédominant dans la tête du pancréas. Structures glandulaires, tubulaires. Mucine +.
Pronostic  : métastases d’emblée dans la moitié des cas (N ou foie). Le pronostic est très mauvais avec 10 à 25 % de survie à 5 ans, et 60 % à 1 an, DFS à 5 ans pour les tumeurs opérées de 36 à 72 %. Le seul facteur pronostic semble être la taille et le stade, la présence d’un syndrome de sécrétion de lipase est de mauvais pronostic. Les facteurs de mauvais pronostic sont T >6.5 cm, N+, M+ en univariée et le stade en multivariée
http://www.pathologyoutlines.com/topic/pancreasacinar.html
Variante mixte avec composante neuroendocrine ou canalaire
Cystadénocarcinome à cellules acinaires->http://www.pathologyoutlines.com/images/pancreas/4_103.jpg] (4 ;6) : exceptionnel, Grande lésion multikystique encapsulée, mesurant jusqu’à 25 cm, multiples kystes à contenu aqueux de quelques mm à quelques cm. Possibilité de zones solides ; les cellules bordantes sont cubocylindriques parfois aplaties, cubocylindriques, parfois stratifiées. Images :

http://www.pathologyoutlines.com/topic/pancreasacinarcellcystadenocarcinoma.html
Carcinome mixte acinaire – endocrine (6 ;10) : Les deux populations sont intimement mêlées. Pour porter le diagnostic, il faut qu’il y ait au moins ¼ à 1/3 de cellules endocrines ou acinaires. En effet, on trouve quelques cellules endocrines dans 40 % des tumeurs acineuses. Les 2 composantes sont soit reconnaissable en HE soit seulement en immunohistochimie, la composante acinaire prédominant quasi toujours. Adultes (moyenne de 55 ans, H/F=1). Images histologiques

 (1) Klimstra DS, Heffess CS, Oertel JE, Rosai J. Acinar cell carcinoma of the pancreas. A clinicopathologic study of 28 cases. Am J Surg Pathol 1992 ; 16(9):815-837.

 (2) Klimstra DS, Longnecker DS. Acinar cell carcinoma. In : Hamilton SR, Aaltonen LA, editors. Tumours of the digestive system. Pathology and genetics. Lyon : IARCC Press, 2000 : 241-243.

 (3) Rosai J. Pancreas and ampullary region. In : Rosai J, editor. Ackerman’s surgical pathology. StLouis : Mosby, 1996 : 969-1013.

 (4) Solcia E, Capella C, Kloppel G. Tumors of the exocrine pancreas. In : Rosai J, Sobin LH, editors. Tumors of the pancreas. Washington : Armed forces institute of pathology, 1997 : 31-144.

 (5) Hamilton SR, Aaltonen LA. Pathology and genetics of tumours of the digestive system. Lyon : IARCPress, 2000.

 (6) Hruban RH, pitman MB, Klimstra DS. Tumors of the pancreas. washington : American registry of pathology, 2007.

 (7) Bosman FT, Carneiro F, Hruban RH, Theise ND. WHO classification of tumours of the digestive system. 4th edition ed. Lyon : International agency for research on cancer, 2010.

 (8) Cingolani N, Shaco-Levy R, Farruggio A, Klimstra DS, Rosai J. Alpha-fetoprotein production by pancreatic tumors exhibiting acinar cell differentiation : study of five cases, one arising in a mediastinal teratoma. Hum Pathol 2000 ; 31(8):938-944.

 (9) Shinagawa T, Tadokoro M, Maeyama S, Maeda C, Yamaguchi S, Morohoshi T et al. Alpha fetoprotein-producing acinar cell carcinoma of the pancreas showing multiple lines of differentiation. Virchows Arch 1995 ; 426(4):419-423.

 (10) Klimstra DS, Rosai J, Heffess CS. Mixed acinar-endocrine carcinomas of the pancreas. Am J Surg Pathol 1994 ; 18(8):765-778.

 

 



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.