» CAVITE NASALE Carcinome indifférencié naso sinusien et de type NUT

Carcinome indifférencié naso sinusien et de type NUT


Les carcinomes indifférenciés sinonasaux (SinoNasal Undifferenciated Carcinoma ou SNUC) (1-4) : pathologie masculine (2 à 3/1) du sujet âgé (20 à 81 ans, moyenne 58 ans), rare (< 100 cas), localisée surtout dans la cavité nasale, l'ethmoïde ou les sinus maxillaires. Tumeur rare, d'individualisation récente, il se distingue du neuroblastome olfactif et du carcinome neuroendocrine par l'absence des marqueurs neuroïdes et neuroendocrines. Tumeur agressive, souvent à un stade avancé, avec médiane de survie de 12 à 18 mois.
Clinique : douleurs faciales, obstruction nasale, diplopie, proptose, œdème péri-orbitaire, d’évolution rapide. Radiologie
Macroscopie : grande tumeur > 4 cm, végétante, envahissante, destructrice envahissant plusieurs structures (sinus, orbite, base du crâne, nasopharynx)
Histologie  : tumeur très cellulaire, infiltrante, nids, rubans, travées, lobules de cellules petites à moyennes cohésives hyperchromatiques a N/C élevé, nucléolés, nécrose, activité mitotique marquée, et perméations vasculaires, pas de signes de différenciation (pseudorosettes, fond fibrillaire, aspect syncitial, malpighienne/glandulaire). Immunohistochimie : CK7 + (50%), CK8 (100%) ou AE1AE3 + (100%) CK19 + (50%), CK 4/5/6/14 -, EBV – (EBER ou LMP-1), marqueurs neuroendocrines – (chromogranine A, synaptophysine, NSE faible dans 20%), PLAP -, ACE -, EMA + (18%), CD99 +(14%), négativité de : CK 5/6, CK13, S100.
Le pronostic est mauvais avec une survie moyenne de 10 à 18 mois (6 ;7), une autre série fait état de résultats meilleurs avec OS de 62.5% à 5 ans et un taux de contrôle local de 78.6% (8)
Diagnostic différentiel
- neuroblastome olfactif
- rhabdomyosarcome alvéolaire (5)<i
- UCNT,
- m&lanome
- le lymphome
- a href="/spip.php ?article965">carcinome neuroendocrine : présence de marqueurs neuroendocrines, moins d'apoptose et de comédonécrose que le SNUC.
- (PNET / sarcome d’Ewing) se différencient des SNUC dont les noyaux sont plus nucléolés, la chromatine plus pâle et le cytoplasme plus abondant. Tumeur rare, de l’enfant ou l’adulte jeune, parfois des fosses nasales / sinus, surtout chez l’enfant. Le point de départ muqueux ou osseux est souvent difficile à déterminer. Le PNET est à petites cellules rondes, basophiles, monotones, N/C élevé, noyaux arrondis / ovales à chromatine fine et petit nucléole et membrane nucléaire souvent épaisse. Les mitoses peuvent être nombreuses. La tumeur peut être lobulée ou en plages ou avec aspects alvéolaires et comédonécrose. Parfois rosettes fibrillaires (Homer Wright), sans fond fibrillaire ni calcification.
Immunohistochimie : L’expression des marqueurs épithéliaux est plus intense et diffuse dans le SNUC. L’expression de CD99 (dans 90% des cas, sous forme cytoplasmique et membranaire car se voit dans certains lymphomes, rhabdomyosarcomes alvéolaires, carcinomes indifférenciés ) n’est pas absolument spécifique et est de plus en plus rapportée dans des carcinomes indifférenciés (dont 1 SNUC). NSE, CD57, chromogranine, synaptophysine, GFAP et S100 peuvent être exprimés (S100 dans les cellules tumorales et pas dans des cellules d’aspect sustentaculaire). L’expression des cytokératines et de la desmine est possible, en général focale. FLI1 (70% Am J Surg Pathol.2000 Dec ;24(12):1657-62,qui permet de différencier d’un synovialosarcome peu différenciée ou rhabdomyosarcome parfois CD99 +, mais + dans majorité des lymphomes lymphoblastiques également CD99 +).
Biologie moléculaire du PNET : t(11 ;22)(q24 ;q12) dans 90%, et t(21 ;22)(q22 ;q12).

Le carcinome de la ligne médiane NUT positif (NUT midline carcinoma) : présence d’un réarrangement du gène de la protéine NUT (nuclear protein in testis) en 15q14 avec transcrit de fusion BRD4-NUT. NUT n’est exprimé normalement que dans des cellules post-méiotiques (spermatogenèse)
Clinique  : sur la ligne médiane surtout en région nasosinusienne, sinon le médiastin (Série de 4 cas de 9 mois à 66 ans (médiane de 37 ans), 3 de la cavité nasale dont 2 du sinus ethmoïde et 1 du sinus frontal Hum Pathol. 2018 Jan ;71:157-165). Sujets < 50 ans. Série de 48 cas de carcinomes NUT de 1993 à 2014 Cancer. 2016 Dec 1 ;122(23):3632-3640, dont 40 avec suivi, sujets jeunes avec moyenne de 22 ans (0,1 à 82 ans), H/F = 1/1,5 dont 86% avec fusion BRD4-NUT. Traitement initial par chirurgie avec ou sans chimioradiothérapie ou RTE (56%), RTE initiale +/- chimiothérapie (15%), ou chimiothérapie initiale +/- chirurgie ou RTE (28%).
Histologie  : morphologie indifférenciée imitant le SNUC, parfois foyers de kératinisation abrupte, stroma riche en PNN pas de contingent de carcinome in situ petites cellules rondes indifférenciées et nécrose, limites cellulaires indistinctes, chromatine vésiculaire, nucléole net Hum Pathol. 2018 Jan ;71:157-165..
Immunohistochimie : positivité focale avec CK, p63 , CK7, CK20, CD34 +/-, négativité des marqueurs neuroendocrines. Positivité de l’Ac anti NUT = clone C52B1 (testicule = témoin positif) et marquage nucléaire, de p63, Myc, p40 focal.
L’évolution est très agressive avec une survie moyenne de 9 mois, survie globale moyenne de 6.6 mois (4.7 à 8.4 mois) Cancer. 2016 Dec 1 ;122(23):3632-3640.
Carcinome INI-1 déficient : caractérisé par perte d’expression de la protéine INI1 (initialement décrite dans les tumeurs rhabdoïdes du SNC, du rein et des tissus mous, ainsi que dans : sarcome épithélioïde, carcinome médullaire du rein, chondrosarcome myxoïde extra squelettique..). Prolifération souvent sinusienne éthmoidale de cellules basaloïdes avec des cellules rhabdoides en quantité variable (volumineuses cellules au cytoplasme excentré éosinophile).
Immunohistochimie  : positivité de AE1/AE3 et parfois P63 et focalement la synaptophysine.
Le pronostic est très péjoratif .
 :
1 Frierson HF, Jr., Ross GW, Stewart FM, Newman SA, Kelly MD. Unusual sinonasal small-cell neoplasms following radiotherapy for bilateral retinoblastomas. Am J Surg Pathol 1989 ; 13(11):947-954.
(2) Frierson HF, Jr., Mills SE, Fechner RE, Taxy JB, Levine PA. Sinonasal undifferentiated carcinoma. An aggressive neoplasm derived from schneiderian epithelium and distinct from olfactory neuroblastoma. Am J Surg Pathol 1986 ; 10(11):771-779.
(3) Ennaifer-Jerbi E, Ayadi-Kaddour A, Lagha M, Lassaad LM, Boubaker S. [Tracheopathia osteochondroplastica associated with a liver hydatic cyst broken in bronchi]. Ann Pathol 2001 ; 21(5):425-427.
(4) Barnes L, Eveson JW, Reichart P, Sidransky D. Pathology and genetics of Head and neck tumours. IARC press, 2005.
(5) Houston GD, Gillies E. Sinonasal undifferentiated carcinoma : a distinctive clinicopathologic entity. Adv Anat Pathol 1999 ; 6(6):317-323.
(6) Cerilli LA, Holst VA, Brandwein MS, Stoler MH, Mills SE. Sinonasal undifferentiated carcinoma : immunohistochemical profile and lack of EBV association. Am J Surg Pathol 2001 ; 25(2):156-163.
(7) Jeng YM, Sung MT, Fang CL, Huang HY, Mao TL, Cheng W et al. Sinonasal Undifferentiated Carcinoma and Nasopharyngeal-Type Undifferentiated Carcinoma : Two Clinically, Biologically, and Histopathologically Distinct Entities. Am J Surg Pathol 2002 ; 26(3):371-376.
(8) Rosenthal DI, Barker JL, Jr., el Naggar AK, Glisson BS, Kies MS, Diaz EM, Jr. et al. Sinonasal malignancies with neuroendocrine differentiation : patterns of failure according to histologic phenotype. Cancer 2004 ; 101(11):2567-2573.



Documents de pathologie humaine du service d’anatomie pathologique du CFB de Caen et du CHPC de Cherbourg. L ’UTILISATION DES INFORMATIONS FOURNIES SE FAIT SOUS L’UNIQUE RESPONSABILITE DE L’UTILISATEUR. Les concepteurs et réalisateurs de cette base ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des conséquences d’une utilisation non contrôlée des informations fournies.

Performed by Arnaud Legrand 2009 © All Rights Reserved.